Mercredi 27 mars 2019

« COMPRENDRE ET DÉFAIRE L’IDÉOLOGIE JIHADISTE. UN DÉFI DANS LA LONGUE DURÉE »

 

Myriam Benraad est politiste et docteure en science politique de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po, 2011). Elle est professeure en science politique et études de sécurité à l’Université de Leyde (Pays-Bas) et chercheuse associée à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM, CNRS). Elle est également membre du comité éditorial du Centre international de lutte contre le terrorisme (ICCT, La Haye). Spécialiste du Moyen-Orient et du monde arabe, elle est l’auteure, entre autres publications, de Jihad : des origines religieuses à l’idéologie. Idées reçues sur une notion controversée (Le Cavalier Bleu, 2018), L’État islamique pris aux mots (Armand Colin, 2017), Irak, la revanche de l’Histoire. De l’occupation étrangère à l’État islamique (Vendémiaire, 2015) et Irak : de Babylone à l’État islamique. Idées reçues sur une nation complexe (Le Cavalier Bleu, 2015).

COMPRENDRE ET DEFAIRE L’IDEOLOGIE JIHADISTE. UN DEFI DANS LA LONGUE DUREE.
L’idéologie est au cœur du phénomène jihadiste. Sans une déconstruction critique de ses éléments, il est difficile d’envisager s’y opposer avec succès. Cette conférence abordera les dualités constitutives du discours porté par les mouvances jihadistes, et plus particulièrment du groupe État islamique. Car tout message radical ne peut s’entendre sans une mise en regard de l’action, violente en l’espèce, qu’il suscite ou instrumentalise. C’est en effet dans l’action que se jouent l’exercice ou la recherche du pouvoir, ce que les jihadistes conçoivent parfaitement. L’objectif sera donc triple. Combler tout d’abord un vide palpable dans la littérature et participer d’une connaissance et d’une compréhension renforcées du jihadisme. Mettre en exergue, dans un deuxième temps, les omissions, détournements et dévoiements de la rhétorique ici déployée. Contribuer, enfin, à l’amplification du débat sur les enjeux du contre-terrorisme comme défi transnational.